Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

29/04/2015

Les jeunes patrons de Jalhay-Sart se dévoilent. (N°6)

 

 

 

Après notre rencontre avec le Sartois Sergio Helman, mécanicien de cycles, retour à Jalhay pour découvrir un jeune patron menuisier.

Son atelier est situé au cœur de Fouir.

C'est là qu'il exerce, dans une belle tradition, son métier

JP.   Fabrice Weyenberg pouvez vous présenter?

 

FW.   J'ai 34 ans et je suis originaire de Fouir . Mon épouse , Ophélie Mauhin est native également de Fouir.

 

JP.   Comment avez-vous acquis votre métier de menuisier ?

 

FW.   Après avoir suivi l'enseignement fondamental à Jalhay, c'est à l'Institut polytechnique de Verviers 1  que j'ai poursuivi mes études.

 A 18 ans j'étais diplômé en menuiserie.

 

JP.   Votre diplôme en poche que faites- vous ?

 

FW.   J'avais hâte d'utiliser mes dix doigts pour débuter dans la vie professionnelle.

J'ai trouvé rapidement du travail avec à la clef une surprise!

 

JP.   Une surprise?

 

FW.   En effet j'ai été engagé en qualité de tourneur- ajusteur par la firme Gerkens à Stembert.

 

JP.   Apprendre la menuiserie et travailler en qualité de tourneur- ajusteur, voilà qui est surprenant . Pouvez- vous expliquer?

 

FW.   Il y a de grandes similitudes entre le façonnage d'une pièce en bois et celui d'une  pièce métallique.

Dans les deux cas la précision est de rigueur.

La firme Gerkens de Stembert ne trouvant pas de personnel  m'a donc engagé.

A bien y réfléchir il n'y a rien de surprenant!

 Le Liegeois Zénobe Gramme inventeur de la dynamo n'était -il pas  menuisier ?

 Rennequin Sualem, un autre liégeois, charpentier de formation, n'a-t-il pas conçu la machine de Marly destinée à alimenter en eaux les jardins du château de Versailles?

 

JP.   Et pourtant vous avez abandonné l'acier pour revenir au bois !

 

 FW.   En effet après avoir exercé le métier de tourneur- ajusteur pendant 4 ans j'ai rejoint la menuiserie Copens à Wegnez spécialisée dans la menuiserie extérieure.

C'est là- bas que, pendant 5 ans , je me suis véritablement perfectionné dans le métier qui est le mien aujourd'hui.

 

 JP.   L'ultime étape avant de vous installer à votre compte?

 

 FW.   Vous allez trop vite en besogne. J'ai d'abord fondé  une famille.

Comme je suis très attaché à ma commune c'est au sein de celle-ci que j'ai repéré la femme de ma vie.

En fait j'ai eu le bonheur d'épouser ma jolie voisine.

 A ce jour nous avons  trois adorables  enfants âgés respectivement de sept, cinq et trois ans.

 

JP.   Pouvons- nous parler de votre installation en tant qu'indépendant?

 

FW.   Cette installation s'est passée tout naturellement. Mon beau -père René Mauhin patron d'une menuiserie familiale qui porte son nom m'a proposé de reprendre son affaire . En fait cela été pour moi un double défi à relever.

 

JP.   Un double défi ?

 

FW.   En effet il faut savoir que la menuiserie Mauhin fondée en 1905 perpétue à bien des égards la tradition du métier.

 Autrefois par exemple , c'était le menuisier du village qui fabriquait sur mesure le cercueil d'un défunt, installait la chambre mortuaire ,organisait les funérailles.

Aujourd'hui ce service de pompes funèbres est toujours assuré à partir de Fouir.

 

JP.   Comment vous êtes- vous formé à ce nouveau métier?

 

FW.   Mon épouse et moi avons suivi pendant deux ans ,en horaire décalé, une formation spécifique donnant accès à la profession.

 

JP.   Comment se répartit la charge de travail des deux activités de la menuiserie.

 

FW.   La menuiserie représente 80% de mon activité, les 20 % restant pour le service des pompes funèbres.

 

JP.   Revenons à l'activité de votre menuiserie. Quelle en est sa spécialité ?

 

FW.   Je vais vous répondre par une boutade !

 Nous acceptons tout ce que les autres ne veulent pas faire tant en menuiserie qu'en travaux de charpenterie.

 

JP.   Vous évoquez volontiers la tradition, néanmoins j'observe des audaces de grande modernité dans l'aménagement de votre intérieur.

 

FW.   En effet j'aime la création . Modernité et tradition ne sont nullement opposées.

 Je dirais même qu'elles se renforcent mutuellement par l'utilisation de matériaux de qualité, et le soin apporté à la fabrication.

 

JP.   C'et état d'esprit du travail bien fait se retrouve également dans l'élaboration du  char de carnaval que le groupe de Fouir a réalisé cette année et auquel vous avez participé activement . Ce char dédié au Steampunk(1) a fait grande sensation à Jalhay. Il en a été de même pour les costumes  des Jalhaytoises qui ne sont pas passées inaperçues !

 

FW  . Quand je vous disais que tradition, modernité et qualité payent toujours.

                      Menuiserie Mauhin : Foyr 84, 4845 Jalhay

                               087 64 79 58  /  0499 42 98 15

 

(1) http://fr.wikipedia.org/wiki/Steampunk

 A propos de tradition et de ruralité encore, je vous invite cordialement à participer au pèlerinage historique à la chapelle Fischbach.            http://lc.cx/ZoYY

jean pirnay à Surister. 

 

jean pirnay,fabrice weynerberg,jalhay,sart

Ophélie et Fabrice

 

11071671_660743237364897_543905036469236412_n.jpg

Le char de Fouir à Goé.

Fagnes-Oli-800[1].jpg