Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

22/05/2016

Jalhay -Sart. Une arme de destruction massive à Surister

Une grosse averse et voilà que les limaces convergent vers le jardin.

1.JPG

Elles ne sont pas conscientes qu'une arme de destruction massive est en embuscade ...

2.JPG

La voilà! une pince à déchets en aluminium dont le coût dans les magasins "Action" est de 1.75€

 

3.JPG

Très précise, une pression de la pince anéantit la limace...

4.JPG

Pour l'escargot la coquille résiste à la pression de la pince. L'escargot est donc déposé dans un sceau dont le contenu sera basculé dans l'enclos des poules .

A la vue de la pince les poules entrent dans une grande agitation fébrile. On peut comprendre... 

Si nos petits enfants rechignent à participer à l'entretien du jardin par contre la chasse aux limaces passionne...

 

Moi.jpgjean pirnay

Gentil persifleur à Jalhay-Sart

Défenseur de notre identité culturelle rurale.

 

 

20/05/2016

Pus nole måssisté à Jalhay-Sart ( Plus de saletés à Jalhay-Sart )

Nous avons participé le 16 avril 2016 aux côtés du bourgmestre Michel Fransolet et de ses échevins ainsi que de nombreux jeunes ( 80 personnes au total) au nettoiement de notre commune notamment la décharge sauvage de Surister.

Cette décharge est située sur un tronçon d'une route désaffectée . Elle est en activité illégalement depuis 35 ans .

Elle a été partiellement assainie dans le cadre de cette opération de nettoiement citoyenne.

Pour les éboueurs bénévoles il apparaît clairement que des solutions sont à prendre au niveau de la décharge  pour éviter à l'avenir de nouveaux déversements à cet endroit.

1) Parachever le travail d'assainissement en procédant au raclage des accotements de cette route désaffectée . En effet ceux -ci sont encombrés par des dépôts de gravats et de nombreux déchets verts déposés depuis des années en couches successives .

Une action nécessaire si l'on veut bien considérer que la "crasse appelle la crasse".

2) Contrarier l'accès à la décharge dans sa partie non utilisée par les agriculteurs par la dépose par ex. de rochers au travers de la route désaffectée.

Cette dernière action nécessite de la part de notre bourgmestre une demande préalable d'autorisation auprès du Service Public de Wallonie, la route désaffectée n'étant pas communale.

A l'occasion du Conseil communal du 25 avril et dans le cadre d'une intervention citoyenne nous avons donc interrogé le bourgmestre Michel Fransolet au sujet de l'abandon des déchets en pleine nature.

A l'issue de notre intervention, nous avons reçu de sa part les réponses suivantes:

  •  Une signalisation d'interdiction sera posée prochainement sur le site.
  • Témérairement Michel Fransolet considère qu'au vu de l'ancienneté des déchets présents dans la décharge, les inciviques environnementaux ne la fréquentent plus et que par conséquent il n'est pas utile d'envisager d'autres actions.
  • Enfin il confirme qu'un agent sanctionnateur surveillera le site.

 Face au peu d'empressement de notre mayeur- vétérinaire à prendre en compte la problématique de l'ensemble des décharges sauvages à Jalhay-Sart, nous lui avons remis, en guise de pense bête, un crâne venant en ligne droite de la décharge de Surister.

Une décharge qui s'est révélée être un véritable ossuaire animal .

Déposé sur son bureau, il le rappellera à ses devoirs.

 Notre bourgmestre persiste et signe dans la "presse sérieuse".

 Interrogé le 3 mai 2016 par Antoine Vidua journaliste de la "presse sérieuse" qu'affectionne notre chef à tous celui-ci répond : "On fait le maximum à ce niveau, avec notamment l'engagement d'un agent constatateur et le règlement des sanctions administratives communales (SAC) qui permet de lutter contre les incivilités.

J'estime que notre environnement est encore très bon".

"Notre environnement est encore très bon!" Visiblement notre chef à tous semble vouloir ignorer la réalité des décharges sauvages.

Les citoyens vivent mal cette présence!

Elles ont un effet désastreux pour l'image de notre commune parcourue par les nombreux promeneurs et sportifs adeptes de TRAIL et de VTT.

C'est aussi une menace sérieuse pour le tourisme rural à Jalhay-Sart.

 Nous allons donc aider, dans une action que nous voulons positive, notre bourgmestre à prendre conscience de cette problématique.

 Pour ce faire nous allons ouvrir un site en ligne intitulé en wallon " Pus nole måssisté à Jalhay-Sart" ( Plus de saletés à Jalhay-Sart ) où nous inviterons les citoyens à déposer leurs témoignages photographiques sur les abandons en pleine nature.

Pas de doute avec "Le poids des mots, et le choc des photos" la guerre  contre la contre saleté sera gagnée à Jalhay-Sart.

Une victoire d'autant plus rapide lorsque notre chef à tous poussera enfin le cri de guerre attendu des citoyens:

                       Tolérance zéro pour l'abandon des déchets en pleine nature à Jalhay-Sart.

Moi.jpg

 

jean pirnayGentil persifleur à Jalhay-Sart

Défenseur de notre identité culturelle rurale

 

                                                "Le poids des mots, et le choc des photos"

Un crâne venant en ligne droite de la décharge sauvage de Surister est offert

au bourgmestre vétérinaire Michel Fransolet en guise de pense- bête lors du Conseil  communal.

Disposé sur son bureau il le rappellera en permanence à ses devoirs...

 

Crâne et moi.jpg

 La crasse appelle la crasse.

Un banc public en ruine situé à l'entrée de la route désaffectée de la décharge constitue un formidable appel d'air aux déversements sauvages sur les accotements

 

 

banc cassé.jpg

Vu sous un autre angle.

DSC_8378.JPG

 

Un raclage des accotements s'impose pour parachever le travail d'assainissement de la décharge de Surister avant la pose d'une signalisation d'interdiction.

Temps estimé pour l'opération:  Six heures de travail pour un tracto- pelle et  camion.

 

Déchets de matériaux

DSC_8519.JPG

commune de jalhay,michel fransolet,jean pirnay,décharge sauvages à jalhay.

Les déchets verts s'accumulent

DSC_8520.JPG

Des déchets verts très récents

DSC_8692.JPG

 C'est à cet endroit qu'il y a intérêt à bloquer la route désaffectée utilisée par les inciviques environnementaux.

Suggestion: Utiliser les rochers qui ont servi à bloquer le pont de Neufmarteau il y a quelques mois...

DSC_8788.JPG

Vue sur la décharge de Surister assainie.

commune de jalhay,michel fransolet,jean pirnay,décharge sauvages à jalhay.

La grande décharge du bois des Gattes (Vallée de la Hoëgne à Tiège)

DSC_8669.JPG

décharge Tiège.jpg

DSC_8665.JPG

DSC_8677.JPG

 

La décharge du Sarpay  (Tiège)

DSC_8795.JPG

Des crânes également au Sarpay.

DSC_8687.JPG

Décharge dans les bois de Rassouster (Tiège)

commune de jalhay,michel fransolet,jean pirnay,décharge sauvages à jalhay.

commune de jalhay,michel fransolet,jean pirnay,décharge sauvages à jalhay.

 

15/05/2016

Jalhay -Sart. Une nouveauté à Jalhay et déjà une habitude à Sart.

Une "nouveauté" à Jalhay et déjà une "habitude" à Sart.

 Invitation aux petites lectures du Comité Culturel de Sart-Jalhay.

.Après Gogol, Maupassant, Ichiro, Folco et Gerlöf voici "Petit arbre..." de Forrest Carter.

Il ne faut pas de prérequis, juste l'envie d'écouter une belle voix, un beau texte lu par André Loncin (1H45 avec une mini pause).

Les séances débutent à 20H précises :

- lundi 13 juin à la Maison Bronfort, place du Marché à Sart

- mardi 14 juin à la Maison Communale de Jalhay

Il n'y a pas d'entrée, juste une participation libre que vous déposez dans un chapeau à la sortie en fonction de votre satisfaction.

Il est souhaitable de réserver (nous avons chaque fois été complet!)

 Arlette Guidolin (0479 87 35 52)  arlettehennico@yahoo.fr

Envie de vivre un moment en-dehors du temps? Vous êtes les bienvenus!

Arlette Guidolin secrétaire du Comité Culturel de Sart-Jalhay .

Résumé de « Petit arbre »

Inspiré de son enfance cherokee, Forrest Carter restitue avec ce livre la mémoire vivante des indiens.

A la mort de ses parents, Petit Arbre a cinq ans.

Ses grands-parents l’emmènent alors vivre dans leur cabane en rondins au cœur des montagnes du Tennessee.

Grand-père, analphabète, gagne un peu d’argent en distillant clandestinement du whisky.

Grand-mère lui apprend à lire, cinq mots nouveaux par semaine dans le vieux dictionnaire.

Mais un autre livre fascine Petit Arbre: la nature, qui va l’éduquer, l’aguerrir et former sa vision du monde. Il découvre que les plantes parlent, que les animaux ont une âme, que le cycle des saisons se déroule selon des rites secrets.

Pourquoi les blancs, les « politiciens »  ces citadins ignorants et vaniteux qui prétendent imposer aux indiens des contraintes absurdes veulent-ils l’envoyer dans une école où il sera battu ?

Face à l’adversité, Petit Arbre saura puiser en lui une force intérieure grâce à l’affection et aux enseignements de grand-père.

Indien cherokee, Forrest Carter s’exprime dans une langue grave, naïve et pleine d’humour. Décédé à l’âge de quarante ans en 1980, il a publié les hors-la-loi du Texas, pleure Geronimo, et la haine de Jose Wales porté à l’écran avec Clint Eastwood.

om0eq5kb.jpg