Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

29/04/2015

Les jeunes patrons de Jalhay-Sart se dévoilent. (N°6)

 

 

 

Après notre rencontre avec le Sartois Sergio Helman, mécanicien de cycles, retour à Jalhay pour découvrir un jeune patron menuisier.

Son atelier est situé au cœur de Fouir.

C'est là qu'il exerce, dans une belle tradition, son métier

JP.   Fabrice Weyenberg pouvez vous présenter?

 

FW.   J'ai 34 ans et je suis originaire de Fouir . Mon épouse , Ophélie Mauhin est native également de Fouir.

 

JP.   Comment avez-vous acquis votre métier de menuisier ?

 

FW.   Après avoir suivi l'enseignement fondamental à Jalhay, c'est à l'Institut polytechnique de Verviers 1  que j'ai poursuivi mes études.

 A 18 ans j'étais diplômé en menuiserie.

 

JP.   Votre diplôme en poche que faites- vous ?

 

FW.   J'avais hâte d'utiliser mes dix doigts pour débuter dans la vie professionnelle.

J'ai trouvé rapidement du travail avec à la clef une surprise!

 

JP.   Une surprise?

 

FW.   En effet j'ai été engagé en qualité de tourneur- ajusteur par la firme Gerkens à Stembert.

 

JP.   Apprendre la menuiserie et travailler en qualité de tourneur- ajusteur, voilà qui est surprenant . Pouvez- vous expliquer?

 

FW.   Il y a de grandes similitudes entre le façonnage d'une pièce en bois et celui d'une  pièce métallique.

Dans les deux cas la précision est de rigueur.

La firme Gerkens de Stembert ne trouvant pas de personnel  m'a donc engagé.

A bien y réfléchir il n'y a rien de surprenant!

 Le Liegeois Zénobe Gramme inventeur de la dynamo n'était -il pas  menuisier ?

 Rennequin Sualem, un autre liégeois, charpentier de formation, n'a-t-il pas conçu la machine de Marly destinée à alimenter en eaux les jardins du château de Versailles?

 

JP.   Et pourtant vous avez abandonné l'acier pour revenir au bois !

 

 FW.   En effet après avoir exercé le métier de tourneur- ajusteur pendant 4 ans j'ai rejoint la menuiserie Copens à Wegnez spécialisée dans la menuiserie extérieure.

C'est là- bas que, pendant 5 ans , je me suis véritablement perfectionné dans le métier qui est le mien aujourd'hui.

 

 JP.   L'ultime étape avant de vous installer à votre compte?

 

 FW.   Vous allez trop vite en besogne. J'ai d'abord fondé  une famille.

Comme je suis très attaché à ma commune c'est au sein de celle-ci que j'ai repéré la femme de ma vie.

En fait j'ai eu le bonheur d'épouser ma jolie voisine.

 A ce jour nous avons  trois adorables  enfants âgés respectivement de sept, cinq et trois ans.

 

JP.   Pouvons- nous parler de votre installation en tant qu'indépendant?

 

FW.   Cette installation s'est passée tout naturellement. Mon beau -père René Mauhin patron d'une menuiserie familiale qui porte son nom m'a proposé de reprendre son affaire . En fait cela été pour moi un double défi à relever.

 

JP.   Un double défi ?

 

FW.   En effet il faut savoir que la menuiserie Mauhin fondée en 1905 perpétue à bien des égards la tradition du métier.

 Autrefois par exemple , c'était le menuisier du village qui fabriquait sur mesure le cercueil d'un défunt, installait la chambre mortuaire ,organisait les funérailles.

Aujourd'hui ce service de pompes funèbres est toujours assuré à partir de Fouir.

 

JP.   Comment vous êtes- vous formé à ce nouveau métier?

 

FW.   Mon épouse et moi avons suivi pendant deux ans ,en horaire décalé, une formation spécifique donnant accès à la profession.

 

JP.   Comment se répartit la charge de travail des deux activités de la menuiserie.

 

FW.   La menuiserie représente 80% de mon activité, les 20 % restant pour le service des pompes funèbres.

 

JP.   Revenons à l'activité de votre menuiserie. Quelle en est sa spécialité ?

 

FW.   Je vais vous répondre par une boutade !

 Nous acceptons tout ce que les autres ne veulent pas faire tant en menuiserie qu'en travaux de charpenterie.

 

JP.   Vous évoquez volontiers la tradition, néanmoins j'observe des audaces de grande modernité dans l'aménagement de votre intérieur.

 

FW.   En effet j'aime la création . Modernité et tradition ne sont nullement opposées.

 Je dirais même qu'elles se renforcent mutuellement par l'utilisation de matériaux de qualité, et le soin apporté à la fabrication.

 

JP.   C'et état d'esprit du travail bien fait se retrouve également dans l'élaboration du  char de carnaval que le groupe de Fouir a réalisé cette année et auquel vous avez participé activement . Ce char dédié au Steampunk(1) a fait grande sensation à Jalhay. Il en a été de même pour les costumes  des Jalhaytoises qui ne sont pas passées inaperçues !

 

FW  . Quand je vous disais que tradition, modernité et qualité payent toujours.

                      Menuiserie Mauhin : Foyr 84, 4845 Jalhay

                               087 64 79 58  /  0499 42 98 15

 

(1) http://fr.wikipedia.org/wiki/Steampunk

 A propos de tradition et de ruralité encore, je vous invite cordialement à participer au pèlerinage historique à la chapelle Fischbach.            http://lc.cx/ZoYY

jean pirnay à Surister. 

 

jean pirnay,fabrice weynerberg,jalhay,sart

Ophélie et Fabrice

 

11071671_660743237364897_543905036469236412_n.jpg

Le char de Fouir à Goé.

Fagnes-Oli-800[1].jpg

 

 

28/04/2015

Jalhay-Sart. Sur les pas des pèlerins vers la chapelle Fischbach.

 

 Dans l'esprit de la célèbre Fête des Vieux Métiers, le Comité culturel  de Sart Jalhay vous invite à renouer avec la tradition du pèlerinage à la chapelle Fischbach au départ de Solwaster

 

Pour animer ce projet, une équipe motivée s'est constituée sous la coupole d'une affirmation chère au Comité Culturel : Nos r'prindans rècène®.

 

Brièvement rappelons le contexte historique du pèlerinage. 

 

An 1832. Le curé de Sart est désespéré. 

 

Officiant à Solwaster, il constate un inquiétant affaiblissement de ses ouailles. En cause une méchante épidémie de dysenterie, mortelle  à cette époque. Pour contrer la maladie il formule un vœu. Il s'engage, si sa requête est entendue, à rassembler tout le village pour traverser le plateau des Hautes Fagnes en vue de rejoindre la chapelle  Fischback nouvellement érigée.

 

Sa supplique sera entendue, le pèlerinage fagnard naissait.

 

Infos pratiques.

 

Date de la manifestation:  Le samedi 22 aout 2015. Rassemblement à 8h précise face à l'église de Solwaster.

 

A la tête des pèlerins, en tenue  d' époque , bâton(1) de marche ferré à la main, un sympathique curé en soutane noire ( celui- là même qui officie lors  des fête des Vieux Métiers).    

 

Vous  optez pour une tenue sportive? Pas de souci vous êtes tous les très bien- bienvenus. 

 

La montée vers la chapelle Fischbach s'étale  sur 9 km. Veillez bien à emporter le boire et le manger pour vous sustenter . Il n'y a pas de ravitaillement prévu en cours de route.

 

Au gré des haltes des guides- natures évoqueront l'environnement exceptionnel du parcours mais aussi des faits historiques dont la réalité dépasse la fiction l  D'autres par contre se laisseront tenter par des "myrtilles rouges", un petit fruit poussant le long de l'emblématique voie du pèlerinage fagnard.

 

L'arrivée à la chapelle Fischbach est prévue à 11 heures. Ce sera l'occasion de participer à une courte cérémonie religieuse ou encore , en alternative ,  des découvertes gustatives de la démocratique  auberge de la Baraque Michel avant le retour à Solwaster. 

 

La participation est gratuite avec, en prime, un accueil surprise et sympa à l'arrivée .

 

 Le vaste parking de la Baraque Michel est idéalement accessible pour pèlerins qui souhaiteraient organiser, eux-mêmes, un covoiturage pour le retour .

 

Pour cette première le Comité Culturel souhaite enregistrer , dés à présent, des  intentions de participation. Cette disposition en vue d'organiser au mieux l'événement notamment la surprise sympa évoquée tout à l'heure.

 

Jean Pirnay

 

Contacts:

 

José Laurent à Sart 

 ( 087/474455      @    chapelle.appoline@gmail.com               

 

Jean Pirnay à Jalhay 

  (    087/647544    @      pirnay.jean@skynet.be

 

 

 

(1) La période hivernale est mise à profit par des bénévoles pour la préparation des bâtons du pèlerinage

 

DSC_3580.JPG

 

 

 Ici un appareillage conçu pour le redressement des bâtons.

A la manœuvre Julien Pirnay .

 

DSC_3583.JPG

 

jalhay-sart,chapelle fischbach,pélerinageà la chapelle fischbach

Magnifique dessin d'Oli.

 

 

 

 

 

16/04/2015

Jalhay - Sart . Le chauffage au bois s'invite au Conseil communal.

  

 Unanimité pour les trois points à l'ordre du jour du Conseil communal  du 23 mars 2015 .

Pour le compte -rendu officiel c'est ici :      http://lc.cx/ZkWh

 Ce bref Conseil nous laisse du temps pour commenter l'actualité du moment.

 Prochainement, dans une note spéciale, nous examinerons et commenterons les enjeux d'une négociation menée très discrètement par l'échevin de la culture.

 Elle est celle de tous les dangers pour notre commune rurale.

Système de chauffage à bûches pour l'atelier communal.

C'est la profusion de bois disponible au sein de notre commune qui a été déterminante pour l'acquisition d'un chauffage à bûches pour l'atelier communal situé à Sart au Roslin. ( 51000 € non subsidiés )

Toujours sur ce site mais pour le chauffage des locaux administratifs ,du réfectoire et des sanitaires du personnel, ils continueront à être desservis par une chaudière au  mazout !

Le conseiller de l'opposition Michel Petit (Choisir Ensemble ) approuve l'utilisation du combustible bois pour le chauffage  mais sous la forme de plaquettes de bois ( variante du pellet). Malheureusement il n'étaye pas son propos par un argumentaire tant du point de vue technique que financier. Son intervention se résume donc à un coup de cœur sans plus !

 Lu rissèré (1) répond que la fabrication de plaquettes de bois à faible teneur d'humidité (max 10 % ) est une activité qui nécessite des investissements importants. Dans la foulée, on nous informe qu'une étude est en cours pour envisager de chauffer les bâtiments communaux à l'aide de bois. Il s'agirait d'unités de chauffe aménagées dans des conteneurs.

Laissons nos élus disserter sur la fabrication du combustible bois pour nous intéresser à une application de chauffage par pellets mise en place à Baelen (commune voisine à la nôtre. )

Pour ce faire nous prendrons donc connaissance d'un article de la "presse sérieuse" que notre bourgmestre affectionne tout  particulièrement et dont il recommande la lecture aux élus en séance publique du Conseil communal.

C'est ainsi que nous apprenons que la commune de Baelen chauffe depuis 2011 ses bâtiments communaux avec une chaudière biomasse alimentée par des pellets et réseau de chaleur. Avec l'expérience acquise à Baelen ce type de chauffage a été renouvelé en 2014 pour école à Membach. Concrètement la consommation communale de mazout a été divisée par six et la consommation de gaz a baissé de 20% . Ce chauffage bois couvre actuellement 75% des besoins énergétiques de la commune de Baelen.  Cette installation performante est surveillée et commandée en temps réel à partir de l'ordinateur du Conseiller en énergie .

 La cerise sur le gâteau

 L'étude de cette  installation de chauffage réalisée en interne par le Conseiller en énergie de Baelen est performante  également au niveau de la collecte des subsides:

 La chaudière de Baelen a coûté 247000 € avec un subside de 203000 €  

La chaudière  de Membach a coûté 90000 € avec un subside de 79000 €   

 Soit un total d'investissement 337000 € subsidié à hauteur de  282000 €

Autrement dit la part de l'investissement à charge de la commune de Baelen revient pratiquement au coût de la chaudière à bûches de l'atelier communal du Roslin . Impressionnant n'est -il pas?

 L'article condensé de la "presse sérieuse" c'est ici  :  http://lc.cx/Zkm9

Du choc des idées devrait jaillir notre chaleur communale à moindre coût.

 

 La barrière forestière qui fâche les Jalhaytois.

Nous avions précédemment relaté le débat plus que tendu de nos élus à propos de la problématique d'une barrière forestière privée barrant un chemin qualifié de communal.

Ce problème exaspère les Jalhaytois.  Pour preuve les nombreux coups de fil que nous avons reçus à ce sujet. Pas de doute nos interlocuteurs souhaitent que ce problème se résolve rapidement.

Notre blog étant ouvert aux Jalhaytois et aux Sartois, nous publions ci- dessous un message représentatif des témoignages reçus:

 "Pour rappel ce problème subsiste depuis plus de 20 ans. Les 3 collèges précédents s'y sont cassé les dents ou en tous cas n'ont pas osé aller jusqu'au bout. Pourtant le problème parait simple, s'il s'agit d'une voie communale, ce qui semble établi à la lecture de l'atlas communal, l'autorité communale doit prendre ses responsabilités et prendre une ordonnance de police supprimant la barrière et ouvrant le chemin, à charge éventuellement pour les propriétaires d'intenter une action contre la commune. S'il ne s'agit pas d'une voie communale mais d'une voie d'exploitation (la nuance est subtile mais cette terminologie n'est pas présente dans la loi) alors la commune a la possibilité de créer ou rétablir cette voie après enquête publique. L'autorité communale a choisi de confier le dossier à un avocat, ce qui est pour moi, la moins bonne solution car cela implique non seulement des frais mais également des délais interminables de procédure. Cette voie est selon nous très importante car elle constitue une liaison entre le Moulin de Dison et l'entité de Bolimpont qui n'est actuellement atteignable que par un long détour via le Fawetay et es 4 chemins. Ce cas n'est pas isolé d'autres voies communales sont barrées par les mêmes propriétaires au mépris des droits des simples citoyens. Rappelons enfin qu'il s'agissait d'un engagement pris avant les élections par la majorité actuelle".

Écrit par : leon verhaeghe | 21/03/2015

 

Notre ruralité au quotidien.

Notre ruralité se décline sous diverses formes, parfois de façon inattendue .

Toutes contribuent à  notre la qualité de vie.

Nous vous racontons.

Alors que nous revenions d'avoir été travailler à l'atelier des Vieux Métiers à Sart le samedi 12 avril vers 12h nous observons sur le bas côté de la route du bois des Gattes des amoncellements de détritus .

En fait une action de nettoiement menée bénévolement par des Jalhaytois et des Sartois respectivement dans les bois de Jalhay et dans celui des Gattes à Tiège.

Nous avons rencontré là, au travail, fort surpris le premier échevin de notre commune Marc Ancion.

Il était occupé à charger, seul, les détritus rassemblés sur le parcours de Tiège à l'aide du matériel de son exploitation agricole. ( tracteur -remorque)

Quelques mois auparavant c'est encore avec ce même matériel qu'un tuyau de voirie  était débouché à Surister.

Faut -il le dire, pour un  premier échevin d'une commune de 8400 habitants travaillant de la sorte au service de la collectivité , ce n'est pas banal.

Tellement peu banal, que nous tenions à rendre hommage ici à celui-ci décidément pas comme les autres.

 

Un peu de tout.

Accord positif de l'ONE pour la création de 25 places de la future nouvelle crèche.

Les travaux de l'atelier rural destiné à nos jeunes indépendants débute fin mars.

Idem pour la salle de tennis de table à Sart.

Création d'un point B post à Jalhay.

 

jean pirnay  gentil persifleur à Jalhay- Sart.

 

(1) Lu rissèré signifiant:  le constipé.  Sobriquet wallon du bourgmestre Michel Fransolet.                   .                         .