Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

22/11/2012

Jalhay-Sart. Les tribulations extraordinaires d’un cochon baladeur.

Aujourd’hui laissez-moi vous raconter l’histoire mâtinée de ruralité d’un cochon baladeur. Véritable saga de cet été, elle a amusé ou irrité c’est selon les habitants du hameau de Surister.

Tout commence à Royompré chez Marie –Paule qui a transformé sa jolie fermette en une auberge espagnole offerte à tous les descendants de l’Arche de Noé. Lorsqu’il arrive à Royompré fin de l’hiver 2012 notre cochon est bien mal en point. Décharné et colonisé par une gale tenace, il recevra soins et réconfort avec en prime le joli nom d’Angèle car ici c’est la règle tous les pensionnaires sont baptisés. Un nom, il faut le dire, à l’origine d’un amusant quiproquo que nous découvrirons tout à l’heure.

En l’espace de quelques semaines Angèle retrouve ses rondeurs et la joie de vivre. Elle batifole à longueur de journée avec ses congénères sans oublier ce privilège très prisé qui consiste à recevoir comme tous les enfants sages accompagnant leur maman chez le boucher, une rondelle de saucisson qu’elle vient chercher à l’heure du petit déjeuner dans la cuisine de Marie- Paule.   

 Hélas cette joie de vivre est affectée par une sournoise mélancolie car Angèle est persuadée que l’herbe du pré voisin est plus verte. N’y tenant plus c’est à l’occasion d’une nuit sans lune qu’Angèle s’éclipse.

A Surister l’animal fait sensation il est régulièrement aperçu tantôt entre les pattes de chevaux tantôt de vaches. C’est une position qui se révèle très intéressante pour se gratter longuement les flancs avec efficacité.

Cette cohabitation présente d’autres avantages c’est ainsi que lorsqu’une vache est aperçue couchée, elle s’adonne au chevauchement avec beaucoup d’ardeur ce qui met à mal son nom de baptême car Angèle à l’évidence n’est pas une truie mais un verrat!

Animal très sociable notre cochon recherche également la compagnie des hommes aime se rapprocher des habitations tout en labourant avec grande application des pelouses et visite des jardins.

Trop c’est trop, illico notre verrat baladeur est mis au ban des accusés.

La police soucieuse de la paix publique  prend l’affaire au sérieux et ordonne l’arrêt du cochon qui sera exécuté par une équipe d’ouvriers communaux.

Le fauteur de trouble est remis à Marie –Paule qui s’empresse en guise de punition de l’enfermer à double tour dans une étable.

 Epilogue.

 Surister la quiétude retrouvée ? Pas si sûr, car les dégâts continuent de plus belle et les soupçons pèsent cette fois sur nos amis les blaireaux habitant la forêt toute proche. Affaire à suivre assurément....

 

 

Les photos

 

jalhay,sart,élections,jean pirnay

La fermette de Marie -Paule à Royompré.

 

jalhay,sart,élections,jean pirnay

jalhay,sart,élections,jean pirnay

jalhay,sart,élections,jean pirnay

jalhay,sart,élections,jean pirnay

Moi je me marre... 

 

Commentaires

était-ce bien un cochon ou un métis de sanglier et de cochon, appelé sangron ou quelque chose d'approchant?

Écrit par : crutzen | 02/10/2012

était-ce bien un cochon ou un métis de sanglier et de cochon, appelé sangron ou quelque chose d'approchant?

Écrit par : crutzen | 02/10/2012

Les commentaires sont fermés.